mardi 23 août 2016

Tout vient à point



Presque tout dans notre société nous empêche de développer notre patience. Toujours plus vite. Nous nous habituons à tout obtenir immédiatement. Avant toutes choses, je tiens à préciser que la patience n’est pas un profil de personnalité : ce n’est naturel pour personne et tout le monde peut la développer. Il faut dépasser le cadre de la vie terrestre afin de voir la vie différemment et ainsi, développer certaines qualités, dont la patience, qui sont trop souvent oubliées de nos jours.  L’impatience se retrouve de plus en plus autour de nous pour plusieurs raisons.

D'abord, parce que nous avons tendance à ne penser qu’à notre petite personne. Avouons-le, nous sommes tous égoïstes par nature. Ne vous mettez pas la tête dans le sable et observez-vous réellement, et pas de façon complaisante. Nous sommes programmés pour nous occuper de nos propres intérêts. À la base, c’est un instinct de survie. Mais complètement laissé aller, c’est un poison pour les gens qui nous entourent. Et à cause de cela, nous ne voulons pas attendre et désirons immédiatement l’objet de notre convoitise. Parfois, nous voulons quelque chose de bien et raisonnable...mais tout de suite. Avez-vous remarqué que souvent, si nous n’obtenons pas instantanément ce que nous voulons, c’est parce qu’il y a d’autres personnes qui attendent aussi? Et pourquoi serais-je plus important(e) que l’autre qui attend?

Ensuite, comme je l’ai dit précédemment, parce que nous sommes habitués à ce que tout se passe vite, nous devenons impatients. C’est ici que notre société actuelle nous apporte un conditionnement supplémentaire à ne pas attendre. Nous détestons les pertes de temps, et si il n’est pas mal de rechercher l’efficacité, il y a une limite. Surtout si nous mettons une pression exagérée sur les autres. L’efficacité n’est surtout pas l’énervement et le stress. Et tous ces appareils censés nous faciliter la vie ont finit par augmenter les standards de propreté et de rapidité. Pensez qu’il y a une époque, une femme qui avait besoin d’un vêtement devait le coudre, et même à la main à une époque plus reculée. Si quelqu'un avait besoin d’une information, il devait se procurer un livre pour le savoir. La mécanique, l’électricité et les ordinateurs nous ont habitués à une très grande rapidité, et parfois, plus de stress.

Et finalement, nous sommes impatients parce que nous voyons plus souvent ce qui ne va pas que ce qui va. Je donne un exemple : J’attend à l’hôpital pour une entorse et c’est long! Comment je réagis? 1-« Quelle mauvaise journée! Il fallait bien que ça m’arrive à moi! Que nos hôpitaux fonctionnent mal! Je suis malchanceuse! » 2-« Une chance que ce n’est pas cassé! Ce n’est vraiment pas si grave. Il y a des choses bien pires que ça. C’est vraiment super d’avoir les services de santé gratuits. C’est très bien qu’ils s’occupent de cet enfant qui a de la difficulté à respirer avant moi. » Je pourrais vous donner plusieurs autres exemples mais, je pense que vous comprenez l’idée : le négativisme nous rend aussi impatients.

Pour terminer, j’attire votre attention sur la photo en haut de cet article. Il s’agit de rosiers sauvages venant du bas St-Laurent. Nous en voulions chez nous et ça nous a pris 6 ans avant de voir des résultats. Avez-vous remarqué que tout ce qui touche la nature demande du temps? Il n’y a pas de technologie pour hâter la croissance des plantes, des fleurs et des arbres : il faut juste attendre. La patience est une vertu qui se cultive dans la paix. Si vous voulez avoir une compagnie agréable, cultivez-la. Respirons par le nez : attendre a rarement fait mourir quelqu'un.

Ce texte vient d'une revue où j'ai publié pendant quelques années: Actes 29.